Intranet

QUALAIR

Site Régional d'Observation de l'Atmosphère

et de Développement Instrumental

En parallèle, des mesures de la concentration du monoxyde de carbone sont maintenant effectuées de manière routinière avec une prise d’air sur la même terrasse

Analyseur CO11M

 

 

Le monoxyde de carbone est un gaz toxique à des rapports de mélange supérieurs à 50 ppmv. Il contribue à la formation de l'ozone et favorise les problèmes de pollution (s'intégrant au cycle de CO2 après oxydation dans l'atmosphère essentiellement sous l'action des radicaux hydroxyles OH). La variabilité spatiale des concentrations de CO est importante avec un temps de vie du monoxyde de carbone relativement court (d'environ 2 mois) : hormis à proximité immédiate des grandes sources, les concentrations n'excèdent pas quelques ppmv. Les émissions de CO sont presque exclusivement d'origine anthropique et sont liées aux combustions déficitaires en oxygène et à l'oxydation des hydrocarbures, du méthane et des composés organiques volatiles (COV). Par conséquent, il est important de mesurer et de surveiller les concentrations de CO dans et autour des agglomérations urbaines, dans le voisinage des grands axes routiers ou de grandes zones industrielles.

 

Les mesures de la concentration locale du monoxyde de carbone sont effectuées par l'instrument CO11M de la station QualAir. Une surveillance continue de la concentration de CO nécessite des mesures de manière automatique et routinière (depuis 2007).

L'air extérieur à analyser est prélevé depuis la terrasse de la barre 45-46 au sein de l'université Pierre et Marie Curie, puis dirigé vers la chambre de mesure à réflexions multiples de l'instrument à l’aide d’une pompe après le passage à travers un filtre à poussières en téflon. L’instrument CO11M de la société Environnement SA, cf. Fig.1, est un analyseur de monoxyde de carbone par absorption dans l’infrarouge (bande d’absorption de CO centré à 4,67 µm).

 


Fig.1 - L'analyseur CO11M                           Fig.2 - Schéma de principe du CO11M

 

Le rayonnement infrarouge traverse alternativement chacun des 3 secteurs de la roue de corrélation (opaque, vide, saturé de CO), cf. Fig.2, avant de pénétrer dans la chambre de mesure à réflexions multiples remplie de l'air à analyser (28 réflexions » 5,6m de trajet optique). Un filtre à bande étroite centrée à 4,7 µm de largeur 0,12 µm est utilisé pour sélectionner spectralement le signal provenant uniquement de l’absorption de CO. Le détecteur photoconducteur PbSe refroidi par élément Peltier à -30 °C, reçoit différents signaux séparés temporellement pour déterminer la concentration de CO. L'instrument fournit les mesures instantanées de la concentration de CO, mais seules les moyennes quart horaires sont sauvegardées pour éviter l'accumulation excessive des données et limiter les problèmes d'espace de stockage. Les données brutes quart horaires sont disponibles et visibles sur ce site.

 

La figure 3 présente les moyennes hebdomadaires de la concentration du monoxyde de carbone pour l'année 2008. La concentration moyenne de CO pour l'année 2008 sur le campus Jussieu est d'environ 0,25 ppmv. On peut observer une concentration de CO bien plus faible pendant les mois de Juillet et d'Août (pollution anthropique réduite).

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Fig.3 - Moyennes hebdomadaires de la concentration du monoxyde de carbone pour l'année 2008. Ces résultats ont été obtenus par M. Jardin et Mlle Arbault  (stagiaires de licence de 3ème année).

 

Equipe Atmosphère du LPMAA : C. Camy-Peyret, P. Jeseck, S. Payan, I. Pepin, Y. Té

Contacts :       Pascal Jeseck : pascal.jeseck@upmc.fr ou  Yao Té : yao-veng.te@upmc.fr

 

Mise à jour : Février 2009.

 


Les Acquisitions du mois d'octobre 2008


Les coupes

CO11m_20081001.gif
CO11m_20081001.gif